Simulation de salaire en portage salarial : pourquoi de telles différences ?

La simulation de salaire en portage salarial est LE point d’entrée, la carotte pour conclure une opportunité commerciale.

Toutes les semaines, nous sommes en contact avec des consultants qui sont perdus dans les méandres de ces simulations. Le plus souvent, ils ont interrogé plusieurs sociétés de portage sur la base d’un montant de facturation ou d’un TJM pensant que le seul élément de différenciation sera les frais de gestion. Ils se retrouvent en réalité avec des résultats différents pour chaque simulation avec parfois des écarts de plusieurs centaines d’euros entre deux simulations.

Certains écarts sont tout à fait explicables, d’autres sont plus difficiles à appréhender.

Nous décryptons ici les raisons de ces différences et notre approche pour faire le meilleur choix.

#1. C’est quoi vos frais de gestion ?

Le modèle économique d’une société de portage est une commission (les fameux frais de gestion) prélevée sur la facturation de ses consultants. Ce modèle est aujourd’hui généralisé à tous les acteurs du marché avec le plus souvent des notions de dégressivité (en fonction du niveau de facturation) ou plus rarement un plafonnement mensuel de cette commission.

C’est aujourd’hui le premier point de comparaison pour tous les consultants et le « prix d’appel » des sociétés de portage affichant des frais de gestion (très) bas.

Les frais de gestion sont une variable à prendre en compte mais n’expliquent pas toutes les différences entre plusieurs sociétés de portage et surtout ne doit pas être l’élément de comparaison pour effectuer les simulations.

Nous vous conseillons plutôt d’effectuer une simulation sur la base d’une clé d’entrée identique (facturation – salaire brut – salaire net) et de comparer le ratio salaire net proposé / facturation. Comparer les différents ratios obtenus sera bien plus représentatif que de comparer des frais de gestion.

#2. Opacité des bulletins de paies

Vous en avez peut-être entendu parler, une plainte a été déposée contre certaines sociétés de portage pour “escroquerie” et “pratiques commerciales trompeuses”.

On reproche à ces sociétés de prélever indûment des cotisations surévaluées ou fantaisistes présentes dans les bulletins de paies sous diverses formes.

Ces cotisations viendraient en réalité gonfler la marge de la société de portage et lui permettrait par ce biais d’afficher des frais de gestion plus bas.

Il est donc primordial pour chacune des simulations effectuées, d’exiger un bulletin de salaire associé qui, sans être un expert, peut permettre de déceler assez rapidement certaines incohérences.

#3. Fiscalité et exonération

Une société de portage reste une entreprise classique qui est soumise au même traitement que toute entreprise française vis-à-vis de l’administration fiscale et des impôts.

A ce titre, une entreprise de par sa taille et son ancienneté, peut bénéficier à son lancement de certaines exonérations de charges patronales.

Ces exonérations n’impactent bien évidemment pas les assiettes de cotisations des consultants aux différentes caisses (retraites, allocation chômage…). Comprendre qu’un consultant qui serait salarié d’une société de portage bénéficiant de certaines exonérations ne cotisera pas moins pour sa retraite ou pour son chômage.

En revanche, si la société de portage prend en compte ces exonérations sur ses bulletins de paies, le consultant une fois en contrat, en bénéficiera naturellement et verra sa restitution nette augmentée.

#4. Les frais professionnels

Le portage salarial permet au porté de déduire certains frais de fonctionnement (ou frais professionnels) qui sont engagés par ce dernier et qui viennent contribuer au bon déroulement de sa mission.

Nous parlons bien ici des frais professionnels de fonctionnement et non des frais qui pourraient être pris directement en charge par le client. Ces frais sont exonérés de cotisations sociales (ils ne rentrent pas dans le calcul du salaire brut) et sont réinjectés directement dans le salaire net.

Notre conseil : dans un premier temps, demander une simulation sans frais professionnel. Le salaire net affiché sera la rémunération minimale à laquelle vous pourrez prétendre une fois en contrat.

Chez Embarq, notre mot d’ordre est la transparence. Nous avons transformé nos bulletins de paies en ligne de code pour vous permettre en deux clics d’avoir une proposition de salaire et un bulletin de paie détaillé qui sera fidèle à quelques euros près à ce que vous percevrez une fois en contrat chez nous !

Le simulateur de salaire d’Embarq précis comme une horloge suisse

Sur le sujet, nous avons également écrit Pourquoi certaines sociétés de portage sont meilleures que d’autres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>