Les 5 erreurs les plus communes chez les freelances qui se gaufrent !

Se lancer à corps perdu dans son activité en tant qu’indépendant ou freelance est une magnifique aventure, enthousiasmante et hyper intense. Comme nous l’avons vu dans nos précédents articles, devenir indépendant, c’est franchir un vrai cap et un véritable choix de vie. Cela permet à bon nombre de professionnels de retrouver une liberté parfois oubliée, de donner du sens à ce qu’ils font et de renouer avec le plaisir au travail.

Cette belle aventure peut vite tourner à la désillusion, à la déconfiture. Des freelances qui échouent, nous en rencontrons malheureusement chaque jour. C’est sûr, chacun d’entre eux a un parcours différent, une histoire différente mais il y a une chose que nous avons remarqué, c’est que tous les freelances qui ont échoué ont quasiment tous fait les mêmes erreurs. Voici donc un récap’ des erreurs les plus souvent rencontrées lorsque le freelance se plante.

1 — Une offre incompréhensible

Il est arrivé, quelques fois, que nous rencontrions un freelance ou un consultant indépendant qui nous explique son activité, nous détaille son offre, pendant parfois plus d’une heure. Au bout d’une description interminable de ses expériences et de ses compétences, dans laquelle même lui s’est perdu plusieurs fois, nous n’avions toujours pas compris ce qu’il faisait. Un consultant qui réussit doit pouvoir avoir une offre claire qu’il peut expliquer de façon concise et précise à un client en moins de 15 minutes, ce qui permet ensuite de laisser parler le client et de comprendre son besoin. Sur un rendez-vous d’une heure, si le consultant raconte son expérience professionnelle (avec TOUS les détails) pendant 45 minutes, il ne reste plus beaucoup de temps pour que le client exprime son besoin.

2 — Un prix non justifié et variable

De nombreux freelances se lancent dans l’aventure avec une idée (plus ou moins précise) du prix qu’ils vont pratiquer. Donner une valeur à son travail est une excellente chose mais à condition qu’elle ne varie pas comme une girouette, ce qui donne un sentiment de non professionnalisme au client. En effet, n’oubliez pas que le prix est un élément psychologique très important comme chez le psy ! 😉 Nous observons des freelances qui, dès le début de leur activité, parfois lors de la recherche de leur fatidique première mission, proposent un tarif trop bas (pour faire plaisir ou pour être sûrs d’avoir la mission), sauf que cette stratégie est une très mauvaise idée. Si on vous propose du caviar à 50€ le kilo, quel sera votre première réaction ? Vous trouveriez cela louche et vous ne l’achèteriez pas. Pour un freelance c’est pareil !

Enfin certains freelances, consultants indépendants ou managers de transition, lors de la négociation de leur mission, oublient parfois qu’il est très difficile de revoir à la hausse le tarif qu’ils ont conclu sur un premier deal, c’est l’effet de Cliquet ! Si en plus, les clients chez qui ils interviennent se connaissent, c’est cuit, leur premier TJM leur collera à la peau, donc pensez-y !

3 — Manque d’humilité

Certains consultants indépendants survendent leur expérience et leurs compétences. Et là, c’est la catastrophe! En effet, ils promettent au client des compétences et des performances qu’ils ne peuvent honorer et à des prix qui sont déraisonnables.

Deux cas de figure: soit le client a l’habitude et se rend compte rapidement de la supercherie et décline la collaboration, soit le client accepte une mission et là, c’est une boucherie ! Le consultant est incapable d’honorer ses engagements et est très rapidement dépassé par les événements et la complexité des tâches qui lui sont dévolues. Ça se termine souvent très mal et la réputation du consultant se répand comme une traînée de poudre ! Cette erreur est à éviter à tout prix car elle entache particulièrement l’image du consultant freelance mais aussi sa carrière future. Être consultant signifie être expert dans un domaine, pas avoir “tout juste” les connaissances de base.

4 — Se tromper de cible

En effet, lorsque l’on se lance, on aimerait répondre à tous les clients, à toutes leurs sollicitations quels que soient leur taille, leur spécialité et leur ADN. Encore une fois, c’est une erreur que nous rencontrons fréquemment, certains consultants indépendants, au début de leur activité, ne définissent pas réellement le ou les types de clients sur lesquels ils sont performants et doivent consacrer du temps.

En effet, certains consultants, notamment les profils les plus juniors, attaquent directement du GC (Grand Compte) alors qu’ils n’ont la connaissance que du marché PME/PMI. Encore une fois, cela crée de la déception ainsi que de la frustration (pour le client et le consultant) et ne représente finalement qu’une énorme perte de temps et peut nuire à la réputation du consultant.

Pareil pour le temps perdu avec des clients qui veulent tout pour pas un rond qui vont demander 150 devis au freelance avant d’annoncer qu’ils ne souhaitent pas continuer !

Priorisons les clients fiables avec qui l’on est certain d’être performant et de pouvoir facturer à sa juste valeur, cela permet en plus de créer un cercle vertueux de recommandation.

5 — Ne pas considérer la prospection comme prioritaire

Eh oui, lorsque l’on devient freelance ou indépendant, qu’on se lance à son compte, on devient son propre patron mais on devient aussi et surtout son propre commercial ! Trop de freelances comptent sur des tiers pour leur trouver une mission et pensent que ça va leur tomber tout cru dans le bec ! Grave erreur…

Les freelances qui réussissent, et ce constat est unanime, sont des freelances qui animent leur réseau, prospectent personnellement et engagent leur image de marque. Je suis d’accord, maintenant, il y a des plateformes qui permettent parfois une mise en relation, elles sont certes superbes mais sont très orientées IT et ne remplaceront jamais complétement la prospection personnelle (notamment pour certains corps de métier).

Enfin, les statistiques nous montrent que les freelances passent 30 à 40% de leur temps à réaliser des tâches administratives qui ne créent absolument aucune valeur. Chaque jour, je croise des freelances qui passent un temps considérable à créer leur structure, à essayer de se faire référencer chez leurs clients, à s’occuper de leur assurance, de leur mutuelle et de leurs déclarations… Quel temps perdu! Sans compter le temps consacré à liquider leur structure lorsque ça se passe mal. Toutes ces activités sont très importantes, certes, mais vous pouvez être sûr que pendant ce temps-là le business n’aura pas avancé ! Pour cette raison, de nombreux freelances optent pour le portage salarial et nous rejoignent ! 😉

Alors, prêt(e) à réussir votre expérience en tant que freelance ? Devenir un(e) serial(e) killer(euse) de la prospection et à enquiller mission sur mission ?

Alors rejoignez-nous et travaillez avec les matelots d’EMBARQ, la société de portage salarial qui envoie du bois !

N’hésitez pas à liker, partager, commenter cet article, dans l’ordre que vous voulez !

www.embarq.fr

Inscrivez-vous à notre newsletter

Actualités du portage salarial et astuces pour faire décoller votre activité 🚀

Retour haut de page

Inscrivez-vous à notre newsletter

Actualités du portage salarial et astuces pour faire décoller votre activité 🚀

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email